Maladies Immunologiques et Allergiques

Maladies Immunologiques et Allergiques

Introduction générale

Test d’allergie cutanée (Prick)

Il s'agit d'une méthode de diagnostic simple, indolore, rapide, fiable et peu compliquée pour détecter les substances qui provoquent des allergies chez les individus. Ce test identifie les allergènes qui provoquent des réactions allergiques et provoquent les plaintes du patient et aide à identifier les stratégies de protection contre l'allergène concerné. Le test est également utilisé pour évaluer les résultats du traitement chez les patients sous immunothérapie. Le test cutané (Prick) est un test disponible dans le commerce qui peut être utilisé avec les voies respiratoires, les allergènes alimentaires, le latex ou (rarement) les médicaments qui peuvent provoquer une réaction allergique chez les individus. Il est utilisé dans le diagnostic de toutes les allergies respiratoires et non respiratoires.

La réalisation du test: Les allergènes disponibles sont appliqués sur l'avant-bras ou le dos des patients avec des injecteurs spéciaux. La rougeur et le gonflement survenant au bout 15 à 20 minutes  dans la zone appliquée sont mesurés en millimètres et le test est évalué.

Interprétation du résultat: les rougeurs et les gonflements survenus sont mesurés en millimètres et le score est fait de zéro à quatre positifs. Les substances auxquelles la personne est allergique sont détectées. Le résultat est communiqué au patient dans les 30 minutes.

Traitement vaccinale contre les allergies (Immunothérapie)

Notre corps est constamment exposé à des substances vivantes et inanimées provenant de l'environnement externe et interne. Certains d'entre eux peuvent causer de graves dommages à l'organisme (bactéries, virus, champignons, etc.), tandis que d'autres sont normalement inoffensifs (allergènes).Cependant, lorsque de nombreux facteurs tels que mentionnés ci-dessous coexistent ensemble avec le temps, ils peuvent  causer des maladies allergiques :

  • Facteurs génétiques ou prédisposition familiale,
  • Agent allergique spécifique (poudres, pollens, aliments, médicaments, etc.)
  • Facteurs environnementaux non spécifiques;
    • Consommation de cigarette
    • Infections
    • Exercice
    • Troubles psychologiques
    • Différents traitements appliqués (radiothérapie, chimiothérapie, etc.)

L'immunothérapie, pratiquée depuis de nombreuses années, a pour but de former le système immunitaire et d'enseigner au corps que les allergènes ne sont pas des ennemis (acquisition de la tolérance). Les substances qui produisent des réponses allergiques aux patients sont administrées en doses croissantes sur une longue période de temps, et la réponse immunitaire est modifiée, et une protection est fournie afin de ne pas développer de maladie lors de la prochaine rencontre avec l'allergène.

La plupart des médicaments utilisés dans le traitement médical des allergies suppriment longtemps les symptômes avec succès mais ne guérissent pas la maladie. L'immunothérapie est la seule méthode de traitement qui est appliquée avec succès pour éliminer la maladie.

À qui l'immunothérapie est-elle appliquée?

Dans la sélection des patients aptes à l'immunothérapie, il convient de déterminer s'il existe une allergie due à des allergènes qui provoquent une sécrétion spécifique d'IgE (anticorps spécifique contre l'allergène) et il convient de prouver que les symptômes cliniques du patient augmentent lorsqu’il est exposé à cet allergène.

Immunothérapie;

Il peut être utilisé ;

  • Pour les allergies qui ne peuvent pas être contrôlées malgré la pratique de méthodes de prévention des allergènes et l’utilisation de médicaments,
  • En cas d'échec de la poursuite du médicament en raison d'effets secondaires dus aux médicaments contre les allergies,
  • Pour prévenir de nouvelles allergies et le développement de l'asthme.

À qui l'immunothérapie ne peut-elle pas être appliquée?

Il n’est pas recommandé d’appliquer l’immunothérapie dans les cas suivants :

  • Asthme sévère et incontrôlable,
  • Insuffisance immunitaire sévère,
  • Patients cancéreux,
  • Maladies cardiaques sévères,
  • Utilisation de médicaments bêta-bloquants,
  • Incompatibilité du patient,
  • Enfant de moins de 6 ans,
  • Grossesse (début de grossesse)

De plus l’immunothérapie n’est pas pratiquée dans des cas tels que l’allergie alimentaire, l’eczéma et l’urticaire.

Si les vaccinations ont été initiées avant la grossesse et que la patiente a pu tolérer, le vaccin peut être poursuivi tout au long de la grossesse, mais aucun nouveau traitement vaccinal n'est commencé pendant la grossesse. Si la grossesse est survenue au cours de la phase initiale d'ajustement de la dose, la dose ne peut être  augmentée davantage  et un maintien est réalisé avec la dose la plus élevée atteinte à ce moment. Si une réaction systémique se développe en raison des vaccins contre les allergies pendant la grossesse, une fausse couche spontanée, une naissance prématurée ou une hypoxie peuvent se développer chez le bébé. L'immunothérapie peut être utilisée efficacement chez les enfants et est souvent bien tolérée. Cependant chez les petits enfants des problèmes de compatibilité peuvent être vécus en particuliers au cours d’un traitement par injection régulière. Bien que les effets nocifs du traitement par vaccin n'aient pas été prouvés chez les patients atteints d'un déficit immunitaire ou d'un cancer, les études réalisées sont toujours insuffisantes.

L’immunothérapie est appliquée en deux phases : démarrage et maintien.

Dans la phase initiale, les allergènes sont introduits dans le corps à certains intervalles en petite quantité de sorte à ne pas produire de réponses allergiques dans une solution dissoute dans l’eau. L’immunothérapie est réalisée en augmentant la dose de l’allergène jusqu’à ce qu’elle dépasse la dose de maintien pour le traitement comprimé et goutte et une fois par semaine pendant plusieurs mois pour un traitement par injection.

La phase de maintien est lancé lorsque la dose la plus élevée et la plus efficace est atteinte de sorte que le patient puisse le tolérer, sans  formation de réaction systémique. La fréquence des vaccins et des gouttes est réduite. La durée moyenne du traitement est de 3 à 5 ans. Des études montrent que 3 à 5 ans de traitement d'immunothérapie offrent une efficacité à long terme chez les patients atteints de rhinite allergique. Il a été démontré que l'immunothérapie protège contre le développement de l'asthme à l’avenir chez les patients atteints de rhinite allergique.

Bien que les symptômes varient d'une personne à l'autre, les symptômes disparaissent complètement à la fin du traitement, tandis que chez certains patients, il peut y avoir peu de réponse ou même aucun avantage du traitement. L’obtention d’une réponse au traitement  peut prendre de 6 mois à 1 an. Généralement, il convient de mettre fin au traitement s'il n'y a pas de diminution des plaintes à la fin de la première année.

Il est recommandé de continuer à prendre les médicaments contre les allergies jusqu'à ce que les symptômes diminuent pendant l'immunothérapie. Ensuite, ces médicaments sont progressivement réduits.

Immunothérapie sous-cutanée (Vaccin sous-cutané)

La solution allergène est administrée en doses croissantes selon un schéma thérapeutique spécifique, avec des injecteurs à pointe très fine vers la zone adipeuse sous-cutanée. Les injections sont faites sur le côté extérieur supérieur du bras, à chaque fois sur un bras différent. Comme les effets secondaires systémiques sont le plus souvent observés au cours de la première demi-heure, les patients doivent être maintenus en observation pendant une demi-heure après la vaccination.

De petites réactions locales peuvent se développer sous forme de rougeur ou de gonflement sur la région d'injection. De telles réactions locales ne nécessitent pas l'arrêt du traitement, mais il est parfois possible d'ajuster la dose en fonction de leur gravité. Généralement, les gonflements atteignant 2 cm et durant 2 jours  sont courants et insignifiants. Les médicaments contre les allergies et l'utilisation de la glace sont bénéfiques pour les plus gros. Il n’existe pas de preuves relatives au fait que ces réactions se transformeront en des réactions systémiques plus importantes.

De petits nodules ((bosses dures palpables) peuvent parfois être observés  également sur la région d'injection. Ceux-ci ne sont pas nocifs et ne nécessitent pas l'arrêt du traitement.

Des réactions tardives telles que des maux de tête et une congestion nasale peuvent également être observées, mais si elles sont sévères vous devez consulter votre médecin.

Les effets secondaires systémiques graves de cette méthode de traitement comprennent des éruptions cutanées diffuses, un gonflement et une contraction des voies respiratoires, des vomissements, une hypotension (pression artérielle basse) et un choc.

Les réactions systémiques se produisent souvent pendant la période d'ajustement de la dose au cours de la phase initiale. Comme un dosage incorrect peut également provoquer cela, la posologie et le calendrier de vaccination administré par le médecin et le patient doivent être vérifiés deux fois et surveillés très attentivement.

Assurez-vous de vérifier à haute voix le flacon, la dose et la date d'application avec votre médecin prescripteur.  Ces vaccins doivent absolument être effectués par des spécialistes des centres médicaux.

L'état de santé du patient ce jour-là doit être vérifié avant l'injection. L'injection n'est pas recommandée en cas de rhume, de maladie pulmonaire ou d'autres maladies infectieuses. Des mesures respiratoires doivent être effectuées chez les patients asthmatiques avant le vaccin. Si une réaction systémique s'est développée, l'arrêt du traitement ou la réduction de la dose doit être envisagé.

Immunothérapie sublinguale (Vaccin goutte sublinguales)

Contrairement au vaccin sous-cutané, cette méthode est appliquée par le patient lui-même à domicile et le patient n'a pas besoin d'être supervisé dans un centre médical. Les solutions allergènes sont instillés sous la langue, une attente de 2 minutes est effectuée puis avalées. Elle est instillée au début tous les jours puis une fois le passage à la phase de maintien, elle est appliquée trois fois par semaine. Parmi les effets indésirables, des démangeaisons, des gonflements, des nausées, des douleurs abdominales et des diarrhées peuvent être observés fréquemment. Très rarement, une éruption cutanée générale, de l'asthme, un choc anaphylactique peuvent être observés, mais aucune réaction mortelle n'a été rapportée après une immunothérapie sublinguale.

Immunothérapie en comprimés

L'un des développements importants dans la pratique de l'immunothérapie ces dernières années est l'immunothérapie par comprimés oraux. Les allergènes sont administrés quotidiennement sous forme de comprimés à dissolution rapide par voie sublinguale. Le profil d'effets secondaires est le même que pour l'immunothérapie sublinguale. Le comprimé est placé sous la langue et conservé dans la bouche pendant 1 minute et avalé après dissolution. Il est requis de ne rien manger et ne rien boire pendant 5 minutes après la prise du comprimé. Les formes pour les acariens domestiques des préparations autorisées pour les mélanges de pollen en Europe et en Amérique sont également en cours d’élaboration. Dans notre pays, les comprimés pour le pollen sont autorisés.

L'immunothérapie peut provoquer de sévères  réactions allergiques systémiques qui peuvent mettre la vie en danger. Par conséquent, il ne doit être prescrit que par des médecins formés dans ce domaine et  les injections doivent être effectuées sous la supervision d'un médecin qualifié dans des centres suffisamment équipés pour les interventions d'urgence.

Partager sur les réseaux sociaux:

Médecins